Le jour s’écoule parfois le long de la fenêtre par Liviu-Ioan Mureşan

un oiseau blanc et un autre noir à travers les yeux de marie
l’un vert et l’autre marron
dans celui gauche une larme comme un serpent vers la bouche
une langue bifurquée touche sa langue
qu’elle crie comme elle crie d’habitude et plus fort
qu’elle crie
marie frappe l’air avec ses poings
sur ma poitrine des ecchymoses apparaissent et la douleur frétille dans le sternum
puis nous regardons par la fenêtre les gens dépêchés et les voitures
elle colle à mon dos
me pousse avec ses mamelons l’oiseau blanc et l’oiseau noir se heurtent à la vitre
deux taches de sang s’écoulent et parmi elles les gens et les voitures
comme s’ils vivent
je l’embrasse et elle me pique de toutes les armes de la femme
dans l’oeil droit une larme
comme une poire
nous la mangeons tous les deux
et le jour semble plus vivant que les gens

traduction par Ottilia Ardeleanu

(le 10 mars 2012)


and… for me this:
“The scariest moment is always just before you start.” – Stephen King

Advertisements

Muse de Narcisse par Liviu-Ioan Mureşan

Elle a mordu de moi comme d’une pomme mûre
A mordu avec appétit et m’a transmis l’appétit d’être mordu
Quand elle manque je me mords moi-même comme je mordrais une pomme
Mûre
Et je ne me rassasie plus de moi

(traduction par Ottilia Ardeleanu, le 2 décembre 2011)


Muza lui Narcis
de Liviu-Ioan Mureşan

Ea a mușcat din mine ca dintr-un măr copt
A mușcat cu poftă și mi-a transmis pofta de a fi mușcat
Cînd lipsește singur mă mușc cum aș mușca un măr
Copt
Și nu mă mai satur de mine

lumière tu disais / Liviu-Ioan Mureşan


trop peu de lumière tu disais
tu as cassé l’ampoule
pour le mince éclat
tu as coupé tes paupières
fenêtre
pour que ton obscurité
cachée dans des années
sorte

traduction par Ottilia Ardeleanu

la mort comme une amante par Liviu-Ioan Mureşan

elle dort toujours sur le ventre
entre les seins elle couvre les visages des amoureux

son coeur ne bat pas
les curieux collent l’oreille contre la poitrine de la salope
elle ne se gêne pas ni ne protège sa beauté
on dirait qu’elle est une paresseuse embourbée à l’intérieur des gens

le dernier souffle c’est l’apaisement
la dévergondée s’endort
pour un instant

(traduction par Ottilia Ardeleanu)

intraţi şi aici: Maria Postu

Madame de Pompadour – François Boucher

Domnul Balázs F. Attila a avut amabilitatea să traducă două poeme de Ottilia Ardeleanu

Domnul Balázs F. Attila a avut amabilitatea să traducă două două poeme de Ottilia Ardeleanu!
Domnule Attila Balazs, apreciez gestul dumneavoastră. Vă mulţumesc mult.

Iată şi cele două poeme:

1. poemele din dreptul inimii de Ottilia Ardeleanu

(sunt cele care rezistă)

azi
inima mi s-a deschis
către oameni
pentru prima oară s-au interesat de mine
m-au atins uşor înmuindu-şi degetele
în sângele meu
şi m-au scris cu un fel de lumină
au pirogravat un sentiment
mai multe
până au dat forma care
să-i sensibilizeze

apoi m-au închis
ca pe o carte
cu semn

(29 dec. 2010)

iată traducerea:

(könyv könyvjelzővel)

ma

megnyílt a szívem

az emberek irányába

kezdetben kíváncsiak voltak rám

óvatosan megérintettek belemártották

ujjukat vérembe

és leírtak valami fényszerűséggel

megjelöltek egy érzést

aztán többet is

amíg megtalálták azt a formát

amely megérintette őket

aztán becsuktak

mint egy könyvet

könyvjelzővel

2.locuri de Ottilia Ardeleanu

(nici nu exist fără ele)

unii ar putea spune
că am buze inestetice
fiindcă sunt pline
dar jur că nu mi-am injectat
siliconi
altora li se par senzuale
aşa în nesomnul nopţii
când se îngână

le găsesc
de multe ori în sărutul tău

când le ating
din degete se aude un scârţâit
care se termină
într-un punct

cât de mică e lumea

(27 nov. 2010)

iată traducerea:

(milyen kicsi a világ)

azt mondhatják egyesek

hogy csúnya az ajkam

mert telt

de esküszöm, hogy nincs benne

szilikon

mások érzékinek tarthatják

álmatlan éjszakákon

amikor gagyog

gyakran

csókodban oldódik

amikor megérintem

sercegés hallatszik

ujjbegyemen

mely egy pontban végződik

milyen kicsi a világ